Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Chap 36 : La joggeusedeletedJe m’appelle Erika, j’ai 28 ans et j’estime être une belle nana et à en juger le regard de ces messieurs, je pense être dans le vrai. Mais je ne suis pas idiote, je sais que si je plais, c’est parce que j’ai un atout indéniable, j’ai des gros nichons. Je fais du 95E, alors forcément ça attire les regards. Pour le reste, j’ai le teint mat, dû à mes origines malgaches, j’ai une longue chevelure noire, des yeux très foncés et un piercing à la narine gauche. Je mesure 1m63 pour 58kg. Je me fais régulièrement draguer, mais je n’y porte pas d’intérêt, j’ai ce qu’il faut à la maison. Je suis en couple depuis 8 ans avec Cyril, il m’a fait deux beaux enfants et je l’aime plus que tout. Pourtant je l’ai trompé deux mois avant notre mariage…Lorsque Cyril me fait sa demande, je suis la plus heureuse des femmes. Nous venons d’avoir notre deuxième enfant, nous avons acheté une maison et je m’épanouis parfaitement dans mon métier de technicienne de laboratoire dans une grande filiale agroalimentaire. Tout va bien dans le meilleur des mondes, sauf que quelques temps après mon deuxième accouchement, j’ai ce foutu syndrome du babyblues. Dépression, solitude, difficultés à perdre du poids. Je me sens grosse et laide. Je ne me sens plus sexy, je passe la plupart de mes journées en pyjama. Du coup, perte de libido et de confiance en moi. Je finis par réagir. Dès le début du mois de janvier, je prends de bonnes résolutions. Je commence par modifier mon alimentation. Je cuisine de façon plus équilibrée en favorisant les fruits et les légumes. Puis je me décide à faire du sport afin de retrouver une silhouette agréable et ainsi être la plus belle possible le jour de mon mariage qui se déroulera fin juillet, ça me laisse de la marge.Je me mets à la course à pied. Je vais courir deux fois par semaine au même endroit, un parcours santé en forêt près de chez moi. Le circuit forme une boucle de 2,5km et généralement je fais 3 tours, seule avec mes écouteurs. Au bout de quelques mois, le résultat est plus que satisfaisant. Je retrouve la ligne et mes fesses redeviennent fermes. Grâce à mon nouveau mode de vie, je suis à nouveau pleine de vitalité, je retrouve de la confiance et je me sens à nouveau désirable. Je suis fière de ce que j’ai accompli, tellement fière qu’il m’arrive parfois de rester plusieurs minutes à me regarder toute nue devant le miroir. Je suis en forme physiquement, moralement et chose inattendue, ma libido se réveille de manière inouïe. Plus je cours et plus mes hormones me travaillent.  En clair, j’ai tout le temps envie de sexe et après des mois de calme plat dans le lit conjugal, j’ai besoin de faire des folies de mon corps. Malheureusement Cyril n’est pas dans le même état d’esprit que moi. Nous faisons l’amour, mais pas autant que je le désire.  Entre le boulot et les courtes nuits à cause du petit dernier, il est très fatigué et la plupart des soirs, il s’endort devant la télé dès que les enfants sont couchés. Je suis de plus en plus frustrée et insatisfaite, chose qui ne m’est jamais arrivé avec lui auparavant. Pour la première fois de ma vie, il me faut plus que de l’amour traditionnel, j’ai besoin de fougue, de sexe viril, bestial, torride pour combler mon excitation permanente. J’ai bien le droit à une petite claque sur les fesses par moment, mais ça reste toujours un peu trop tendre et comme ce n’est pas dans nos habitudes, je n’ose pas lui avouer que j’ai envie d’être prise sauvagement.Je fais d’abord l’achat de quelques sextoys pour me soulager. J’ai recours à de multiples séances de masturbation pour me canaliser. Je me fais du bien deux à trois fois par jour et tout est bon pour que je prenne mon pied. Doigts, godes, plug anal, concombre et même le manche en bois d’une truelle trouvée dans le garage. C’est à cette période là qu’il m’arrive alors un truc inaccoutumé lors de mes footings. Je commence à avoir des pensées perverses lorsque je surprends certains sportifs qui matent ma poitrine qui ballotte. Je les imagine m’accoster pour afyon escort me baiser là, en pleine nature.Parmi ces prétendants imaginaires, il y en a un en particulier qui me fait fantasmer. C’est un type que je croise régulièrement, il court souvent lui aussi et franchement, il est vraiment très craquant. Il semble un peu plus jeune que moi, assez grand, chatain, yeux marrons et surtout bien baraqué comme j’aime. Je pense que je lui plais aussi car à chaque fois il me sourit et me salue sans oublier de lorgner sur mes ”boobs”.J’ai la confirmation que je l’attire quelques semaines plus tard de manière impromptue.Je viens de finir mon jogging, je suis dans ma voiture sur le parking, je récupère en buvant ma bouteille d’eau et en checkant mon portable. J’ouvre alors ma fenêtre car il fait chaud et j’aperçois mon bel apollon dans le rétroviseur qui s’étire avec son camarade. Comme ils sont relativement proches, je peux ainsi entendre leur conversation. Il demande à son ami:- Alors tu reviendras courir avec moi?- Ouais pourquoi pas, le coin est sympa, en plus il y a quelques jolis petits culs à mater.- Tu vois, je te l’avais dit. Est-ce que tu as vu la petite brune avec sa brassière rose?- Celle avec les gros seins?- Ouais, elle est trop bonne non?- C’est vrai qu’elle est bien foutue.- Grave, je la baise où elle veut, quand elle veut.En entendant cela, j’ai failli avaler de travers, mais contrairement à d’autres je ne me sens pas offensée, je suis plutôt troublée, voir flattée. Sur le trajet du retour, je ressasse ses paroles, j’imagine son auteur les mettre en application. Je mouille de plus en plus, alors que se forgent dans mon esprit, des dessins obscènes. Sans trop réfléchir, je glisse ma main entre mes cuisses et caresse mon sexe par dessus mon legging alors que je conduis encore. En arrivant à la maison, je file immédiatement dans la salle de bain pour prendre une douche. Je ferme la porte à clé pour être sûre de ne pas être dérangée, car je sais que dans la demi-heure qui suit, je vais me faire jouir. J’ouvre le robinet, puis je libère mes seins gonflés de désir. Je retire mon legging, puis je glisse ma main dans mon string pour vérifier mon excitation. Je suis gluante. Aussitôt sous l’eau, mes mains prennent possession de mes lolos que je masse avec volupté. Puis l’une d’elles descend entre mes cuisses pour énerver mon clitoris. Les yeux mi-clos, je rêve d’adultère avec mon beau sportif et ce coquin de majeur ne tarde pas à trouver l’entrée de mon vagin et à s’y engouffrer entièrement. Index et annulaire s’empressent de le rejoindre pour me faire jouir en silence. Mes jambes flanchent et cette délicieuse torture m’entraîne au sol. Assise sur le carrelage, jambes grandes ouvertes, je me trifouille copieusement jusqu’à atteindre un orgasme délirant.Les semaines suivantes, je retrouve plusieurs fois cet homme et son pote sur mon parcours. Dès que je l’aperçois, je frissonne car sa phrase fait écho dans ma tête. ” Elle je la baise où elle veut, quand elle veut”. Et à chaque fois c’est la même chanson. Je suis émoustillée, je mouille et dès que je rentre, je me masturbe sous la douche en me demandant s’il fait la même chose en pensant à moi.Oui mais voilà, à force d’avoir ce fantasme obsessionnel en tête, j’ai cédé à la tentation.Un dimanche, je me décide à aller courir exceptionnellement le matin, puisque que je n’ai pas pu faire mon traditionnel footing du vendredi. J’enfile ma tenue de combat, brassière rose fluo, legging noir, baskets blanches et c’est parti pour une heure d’efforts.Il n’y a personne sur le parcours. Je suis tranquille, au grand air, mais pas hyper rassurée d’être toute seule dans cette forêt. Encore moins lorsque j’entends des pas rapides et un soufflement saccadé se rapprocher de moi. Je tourne la tête pour voir qui me pourchasse, c’est l’inconnu qui me hante depuis quelques temps. Il arrive à ma hauteur et ralentit son allure.- Salut ça va?Je perçois immédiatement des papillons dans le ventre.- Bien merci et toi?- Ca roule. T’es bien escort afyon courageuse pour venir courir si tôt un dimanche matin.- Je peux en dire autant pour toi.- Moi je suis là tous les dimanches, il faut ce qu’il faut pour être en forme.- Ton pote t’a abandonné?- Oui, un footing par semaine ça lui suffit. On court un peu ensemble?- Oui si tu veux.- Cool, moi c’est Christophe.- Erika enchantée.Pendant les minutes qui suivent, je reste muette à ses côtés. Mon coeur tambourine, non pas à cause du rythme de la course, mais par les paroles qu’il a eu à mon égard. Je souris intérieurement car il ne se doute pas que je sais.Soudain, il s’arrête devant un atelier de tractions. Il s’agrippe à la barre et il en fait 15 à la suite. Je sais qu’il fait ça pour m’impressionner, mais ça marche. Il se détend un instant et refait une série de 15. Je suis toute chamboulée en voyant ses gros biceps se contracter.- Bravo, tu es super costaud, dis-je admirative.- Oh, c’est rien, il suffit de s’entraîner régulièrement.- Si tu le dis, moi je ne sais même pas si j’arriverais à en faire une.- Si tu veux, je pourrais te donner un coup de main pour t’exercer, dit-il en soulevant le bas de son tee-shirt pour essuyer la sueur sur son front.Je fonds sur place en voyant ses abdos et j’ai une terrible pulsion en imaginant la scène où il poserait ses mains sur mes hanches pour me soulever afin que je puisse atteindre la barre en acier.- On peut peut-être s’exercer à autre chose, dis-je sensuellement.Il comprend tout de suite où je veux en venir.- Hum, avec plaisir. Ici?- Oui, tu as bien dit à ton pote que tu me baiserais où je veux et quand je veux non?- Comment tu le sais?- Peu importe, j’ai envie maintenant c’est tout.Nous nous dissimulons dans les profondeurs du bois à l’abri des regards et aussitôt sur place, je le pousse contre un tronc et je l’embrasse goulûment. Ma langue investit sa bouche, pendant que ma main caresse son short. Je sens sa queue devenir de plus en plus grosse et de plus en plus dure. Il est ravi de tomber sur une fille si facile, pourtant c’est la première fois que je me comporte comme ça, mais je ne peux plus me retenir. A partir de là, tout s’enchaîne très vite. Il me pelote les seins et les fesses, je mouille de plus en plus. Je retire son tee-shirt, je suis émerveillée par tous ses muscles. Je caresse ses bras, ses épaules, puis je lèche ses tétons, et ses abdos avant de me retrouver à genoux devant lui car j’ai envie de lui faire plaisir. Je baisse simultanément son short et son boxer, et je découvre sa grosse tige bien raide, toute lisse et terriblement appétissante. Cela me rend folle car c’est la première fois que je vais goûter un autre sexe que celui de mon homme. Je la prends en main pour le branler un peu et je ne sais pas ce qu’il me prend, mais je me mets à le sucer comme une véritable chienne. Je le pompe rapidement, ma salive coule sur ses boules qu’ensuite je gobe et aspire. Il grogne de plaisir et me dit que c’est trop bon. Alors pour l’exciter encore plus, je retire ma brassière pour libérer mes seins. Je ne me reconnais plus, j’en ai rien à foutre qu’on nous surprenne, pire encore je suis prête à sucer toutes les bites qui se présenteraient à moi tellement je suis excitée. Je joue avec son engin, je le tapote sur mes seins, sur ma langue et je la reprends en bouche. Il n’en croit pas ses yeux de me voir aussi vorace.- Et ben, toi tu aimes la bite, j’ai rarement vu une salope comme toi m’a-t-il dit.Sa vulgarité me stimule encore plus, je prends sa queue entre mes seins et lui fais une bonne branlette espagnole en léchant son gland, puis je la reprends en bouche pour le sucerencore plus vite et en moins d’une minute, il remplit ma bouche de sperme. J’avale tout en le fixant dans les yeux et je prends grand soin de le nettoyer entièrement. Ma petite gâterie ne l’a pas rassasiée et tant mieux, car je ne le suis pas non plus. Il revient à la charge et s’attaque directement à mes nichons. Il en pétrit un pendant qu’il mange l’autre puis inversement. Sa afyon escort bayan langue chaude sur mes tétons tous durs me fait vibrer, mon string est de plus en plus humide. Il se régale avec mes seins- Hum t’es trop bonne toi, j’adore tes seins, tu me fais bander. Il a effectivement repris toute sa vigueur. Ces mots irrespectueux me chamboulent encore plus. Je retire mon legging, puis mon string. Nous sommes tous les deux nus dans ce bois, vêtus uniquement de nos baskets et j’ai le pressentiment que ce qui va suivre va être super bon. Je me mets en appui contre un arbre, jambes écartées, bien cambrée.- Saute-moi lui ai-je ordonné.- Avec plaisir, je vais te défoncer ma salope.Il se cale dernière moi et soulève ma fesse avant de me fourrer sa grosse bite dans la chatte. Je gémis aussitôt.- Putain mais tu es trempée, se réjouit-il avant de me besogner sauvagement. Je commence à crier de plus en plus fort alors qu’il me démonte en malaxant mes seins. Il sait exactement ce que je désire sans que j’ai besoin de lui dire. Il est viril et bestial comme je le souhaite.- T’aimes ça ma cochonne hein?- Oui continue, encore plus fort.Il me baise encore et encore, je n’en peux plus, j’ai de plus en plus chaud, je sens les gouttes de sueur sur mon front et soudain la délivrance arrive, j’ai un orgasme. Ma tête explose, mes jambes tremblent et je jouis bruyamment. Je suis à bout de force, je ne peux plus tenir debout. Voyant que je suis faible, mon partenaire me met à quatre pattes dans les feuilles et il continue de me prendre en levrette. Je suis aux anges, en plus d’être beau, musclé et brute, il est aussi très performant. Il me culbute ainsi pendant plusieurs minutes. Et alors que mes mamelles pendantes gigotent au gré de ses va-et-vient, il écarte mes fesses. Je sens de la salive sur mon anus, puis une caresse circulaire. Je sais ce qu’il veux, mais je l’arrête avant qu’il n’aille plus loin.- Ne me fait pas croire qu’une fille aussi chaude que toi, n’aime pas la sodomie.- Si au contraire, j’adore ça, mais pas cette fois.- Pourquoi je ne t’excite pas assez?- Bien sûr que si, mais je veux simplement que tu jouisse dans ma chatte.- Très bien. Viens un peu sur moi.Il s’allonge au sol et je m’empale dos à lui sur son membre. Il me tient par les hanches pendant que je me baise en gémissant à nouveau sur sa bite. C’est vraiment l’extase et ses propos outranciers me font perdre la tête.- Je vais te remplir la chatte, je vais t’inonder de sperme.Et moi je lui réponds aussi grossièrement.Hum oui, je veux que tu souilles ma chatte de foutre, je veux sentir ton jus couler dans mes entrailles.Je le sens se contracter, et il râle.- Oh oui ça vient…- Oui vas-y lâche-toi, éjacule en moi.Ses coups de rein deviennent plus puissants, je crie de plaisir, mes seins tressautent de haut en bas et lorsqu’il jouit en moi, je délire à nouveau car un autre orgasme m’envahit.Il reste planté en moi quelques instants avant que je m’écroule de fatigue sur lui. Il me caresse les seins pendant que je reprends mes esprits et me dit qu’il espère me revoir dimanche prochain. Je lui réponds que s’il me baise comme ça, je reviendrais courir tous les dimanches matins.Nous nous rhabillons, je lui offre mon string en souvenir et nous nous embrassons passionnément avant de nous quitter. Nous repartons chacun de notre côté et en courant sur le trajet du retour, je sens son sperme couler le long de ma cuisse. Je souris intérieurement en me disant que j’ai pris beaucoup de plaisir avec cet inconnu en me comportant comme une catin. Étrangement sur le moment,  je n’ai aucun remord, ni aucun regret.Mais dans la semaine suivante, alors que Cyril et moi faisons l’amour, il me dit une nouvelle fois qu’il m’aime plus que tout et qu’il a hâte qu’on se marie, je prends alors conscience que j’ai fait une énorme connerie, mais je ne le lui ai jamais dit.Par la suite, j’ai continué de courir, mais plus au même endroit, j’avais trop peur de revoir mon inconnu et de ne pouvoir résister à la tentation.Après notre mariage, j’ai fait part à mon mari de mes nouveaux désirs sexuels et maintenant tout va pour le mieux entre nous. D’ailleurs hier nous avons été courir ensemble et nous avons fait une petite halte dans les buissons qui m’a rappelé un bon souvenir…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32