Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Expérience sexuelleQuand j’étais gamin, j’étais perturbé par la gente féminine. Il me faut dire que si ma mère n’avait pas beaucoup de poitrine, ma grand-mère paternelle et ma tante avaient d’énormes seins et j’étais à la fois attiré et effrayé par ces masses de chair qu’il m’arrivait de surprendre à l’heure de la toilette.Cette année-là, on m’avait expédié chez cette grand-mère pour les vacances de Pâques. J’avais dit à mes parents que je ne voulais pas y aller mais je ne pouvais pas leur dire pourquoi et il avait bien fallu que j’y aille.J’ai passé tout un mois a craindre ma grand-mère. Chaque fois qu’elle apparaissait dans la pièce où j’étais, j’étais terrorisé par son énorme poitrine. En plus, elle assistait à ma toilette et elle surveillait que je me lavais correctement.Quand j’ai fait mon service militaire, j’ai été expédié à l’autre bout de la France, loin de chez moi. J’avais entrepris des études mais ça ne m’avait pas empêché d’être mobilisé. Le samedi soir, avec les autres soldats, on allait voir les putes. Il y en avait de tous les âges et aucune ne me plaisait mais je remplissais ma mission. J’avais commencé à baiser avec elles et je crois pouvoir dire que je m’entirais bien. Quand je n’y arrivais pas, la fille était toujours assez aimable pour m’encourager, faire le nécessaire pour me faire bander et m’enfoncer dans sa chatte jusqu’à ce que je tire mon coup.Un samedi soir que j’étais de perm, j’avais suivi mes copains jusqu’à la rue où on trouvait les putes. Il y en avait de nouvelles et une jeune avec des nichons d’enfer comme avaient dit mes copains mais ces nichons étaient de vraies mamelles, énorme comme celles de ma grand-mère et mes copains m’ont mis au défi de monter avec elle. J’ai commencé par refuser mais il a bien fallu que j’y aille car je ne pouvais pas me défiler.J’ai suivi la fille et comme d’habitude, j’ai commencé par payer puis je me suis déshabillé.Je n’arrivais pas à bander et si la fille a commencé à m’aider, bursa escort elle a fini par me demander pourquoi puis elle m’a dit que je suis impuissant. C’était vraiment la honte et je me souvenais que quelques semaines avant, j’était remonté trois fois avec trois différentes putes pour tirer trois coups. La fille frottait ses gros seins sur ma bite, sans succès puis elle a fini par comprendre que c’étaient ses mamelles qui m’intimidaient et elle a ri puis elle m’a fait allonger sur ses genoux et elle m’a donné le sein. Aussi incroyable que c’était, elle avait du lait et elle a fini par me dire qu’elle venait d’avoir un bébé. Pendant que je tétais, elle me branlait dans l’espoir d’arriver à me faire bander puis elle a fini par me dire que si je bande, elle me permettra de faire tout ce que je veux avec elle. Elle m’a demandé combien de temps il me restait à faire. J’avais encore trois mois et elle m’a promis que je pourrais la monter gratuitement si elle arrive à me faire juter et quelques minutes après, j’ai joui. Elle s’en est mis plein les doigts et elle m’en a mis aussi partout au point que j’ai dû m’essuyer.Je suis revenu le dimanche après-midi. La pute était là et elle m’a demandé si je veux tirer mon coup et je suis monté gratuitement avec elle, ainsi que tous les samedis suivants. Elle me disait que je lui plaisais et que je suis son petit mari.Un jour qu’elle s’était mise sur moi en soixante-neuf, j’avais son cul sur le visage et je lui ai dit que j’aimerais bien l’enculer. Elle m’a répondu que c’est plus cher avant d’ajouter que pour son petit mari ça serait gratuit et elle s’est mise en place. Elle a écarté ses fesses avec ses doigts et elle m’a recommandé de ne pas lui faire mal mais son anus était aussi ouvert que ne l’était sa chatte et pendant que je l’enculais, elle m’a parlé de ses autres clients et de ce qu’elle faisait avec puis elle m’a raconté pourquoi elle fait ce métier et en fait, pour elle, c’était évident car elle ne connaissait escort bursa rien d’autre mais elle m’a encore donné une autre explication comme quoi elle avait fait des études et qu’elle ne voulait pas travailler dans un bureau puis elle m’a dit que comme ça elle est plus libre.Du coup, tout en continuant à l’enculer, je lui ai demandé combien de passes elle pouvait faire et elle a ri en me disant qu’il lui était arrivé d’en faire deux douzaines dans la soirée. Elle m’a expliqué aussi qu’elle pense à autre chose pendant qu’elle fait ça et elle m’a quand même dit que ce n’est pas la même chose avec moi.- Oui, tu vois, je préfère que tu m’encules parce que dans la chatte, j’ai du mal à me contrôler et tu vois, si tu voulais, je me laisserais bien engrosser !C’était donc ça.- Continue, a-t-elle ajouté ! J’aime bien que tu m’encules !Si ce n’était que ça, j’ai continué à l’enculer mais j’ai quand même demandé à la fille qu’elle se masturbe. Elle ne voulait pas au début puis elle m’a dit que c’est intime, qu’elle ne fait ça que quand elle est seule dans sa chambre. Je lui ai demandé qu’elle le fasse pour moi et elle m’a demandé si je veux regarder et j’en ai profité pour lui demander si elle a un souteneur et elle m’a juré qu’elle n’en avait pas. Et elle a commencé à se masturber face à moi puis elle s’est assise sur mes cuisses avec ma bite enfoncée dans son anus et mes doigts ont accompagné les siens. De mon autre mail, je tenais sa poitrine. Elle a fini par me demander si ses seins me faisaient toujours aussi peur et elle m’a aussi demandé si je veux qu’elle me trouve des filles avec d’énormes seins. Pourquoi pas ?Je n’ai jamais su où elle trouvait ces filles qui avaient d’aussi énormes seins que les siens. Je m’amusais parfois avec elles et elles s’amusaient parfois entre elles et je n’avais plus qu’à enfoncer ma bite dans le premier trou qui se présentait.Au bout de trois mois, j’ai été démobilisé mais j’étais accroc de cette fille et je bursa escort bayan lui ai proposé de m’épouser. Elle a accepté. Nous avons loué un petit appartement et dès que j’ai pu, je l’ai emmenée voir mes parents.- C’est une pute, m’a dit mon père quand nous avons été seuls !Il était inutile que je nie et j’ai demandé à mon père comment il peut savoir et il m’a raconté que le jour où il était venu me voir à la caserne, il en avait profité pour aller tirer un coup avec une pute et qu’il avait vu cette fille parmi les autres. Il a même ajouté qu’elle se faisait alors appeler Tina.J’ai essayé d’argumenter, mais je n’ai pas pu faire changer mon père d’avis. J’ai loué un petit appartement avec ma femme puis j’ai cherché du boulot dans mon ancienne ville, là où vivent mes parents.Ce que je vais raconter maintenant, je ne l’ai su que quelques années plus tard. Ma femme m’avait accompagné où j’avais un rendez-vous. Elle m’avait attendu dans la salle d’attente. Trois jours plus tard, un coup de téléphone m’a averti que j’étais pris et j’ai commencé à travailler. Un soir qu’on allait au lit, ma femme m’a dit qu’elle veut que je l’engrosse. Je n’avais aucune raison de refuser et nous avons baisé comme des bêtes jusqu’à ce qu’elle soit enceinte. Neuf mois plus tard, nous avons eu un enfant.- Il n’est pas de toi, m’a dit mon père quand il est venu à la clinique !Je lui ai demandé pourquoi il me dit ça mais il ne m’a pas répondu. Quand le bébé a eu des cheveux, ils étaient noirs et moi j’ai des cheveux blonds. Je me suis renseigné dans des livres et j’ai même demandé à mon médecin et j’ai compris qu’il n’y avait aucune chance pour que ce bébé soit de moi. Je l’ai reproché à mon épouse qui a nié puis elle s’est mise à pleurer en me reprochant mon ingratitude et c’est par hasard que j’ai appris que mon épouse avait servi d’intermédiaire — je veux dire qu’elle avait couché avec mon futur patron — pour me faire avoir cette place et qu’il lui avait suffi d’une seule fois pour engrosser mon épouse mais c’était trop tard et c’est quand notre fils a eu vingt ans que j’ai demandé le divorce. Je suis resté célibataire mais mon épouse n’a eu aucun mal à se retrouver un partenaire.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32