Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bdsm

Saint-Leu-d’Esserent : Chapitre 4, la rentréeSaint-Leu-d’EsserentChapitre 4 : La rentrée des classesEt voilà. C’est le retour aux collèges. Comme nous venons d’emménager, je ne connais pas grand monde et ceux que je connais me font déjà la gueule.Valérie est en classe de troisième et je ne devrai pas trop la croiser car j’imagine bien qu’elle fera tout pour m’éviter. Si je n’avais pas fait le con l’an dernier, je serai en quatrième mais me voilà dans la même section que Séverine qui par chance n’est pas dans la même classe de cinquième que moi. Patrick et son copain costaud sont en quatrième et me font toujours la gueule de les avoirs planté pendant les vacances et d’être sorti avec Valérie alors qu’ils en rêvaient depuis des années. C’est parti pour un trimestre d’ennui au collège Jules Vallés. Le seul moment cool, c’est le centre de loisirs EDF du mercredi. Le car passe nous prendre dans toute la ville et direction le paradis. Il y a des Yamaya 50 YZ et un circuit de cross. Une tuerie. En plus, je n’y connais personne a part Séverine qui ne me parle toujours pas. Malheureusement, je n’y ai pas plus de chance avec les filles qu’au collège et je reste célibataire. Noël passe, le nouvel an passe, janvier et février passent…Je ne me rend presque plus au grenier pour mater dans la chambre de Séverine qui ne se montre plus trop. Elle ferme ses rideaux ou reste allongé hors de vue sur son lit. Parfois, elle me regarde en léchant le manche de sa broche a cheveux puis disparaît. Il ne me reste que mes mains et mon imaginations. J’ai caché deux Playboy derrière la malle et je les feuillette en me masturbant tout en espérant encore voir apparaître ma voisine a poil qui reprendrai son petit jeux avec moi.Un soir de mars, je suis à ma place depuis deux minutes quand j’aperçois la demoiselle qui ouvre la fenêtre et me fait de grand signes. J’ouvre de mon coté et je comprend qu’elle me dit de venir la rejoindre devant le garage. Sans hésiter une seconde, je me précipite (en silence) dans ma chambre pour prendre mon manteau, mettre mes chaussures et courir le plus discrètement mais aussi le plus rapidement possible chez mes voisines. J’imagine déjà que je vais me faire sucer et peut-être même prendre la place de sa brosse dans son cul. A peine arrivé, elle m’ouvre la porte. « Mes parents sont pas là mais fais pas de bruit, ça devrait te plaire. »Je la suis en silence dans sa chambre et elle me montre un poster de Karen Cheryl sur le mur. Je ne comprend pas mais elle leve un coin du poster et fait apparaître un petit trou dans le mur. Elle se penche et regarde dedans avant de se redresser pour me chuchoter « C’est bon, ils ont commencés, regarde mais pas un bruit surtout. »Je me penche et ouvre grand l’œil devant le spectacle. Valérie est entrain de rouler une pelle a un garçon de sa classe sur son lit. Ils sont tout les deux torses nue et il pelote un sein de mon ex-copine avant de se pencher pour lui lécher le téton. Elle n’est pas en reste et ses mains masse l’entre-jambe du mec sur son jean. Rapidement, il se lève pour finir de se déshabiller et se rapprocher du lit avec le sexe dressé. Valérie tend la main et c’est a ce moment que sa petite sœur me pousse en me disant doucement « c’est mon tour ». Elle est collé au trou et je mate son cul à peine caché par son petit pyjama. Elle glisse alors une main dans le pyjama en question et commence a se branler doucement. Lorsqu’elle se redresse pour me laisser la place, elle me glisse a l’oreille « Sois pas jaloux, il en a une plus petite que toi. Te gène pas pour te branler toi aussi, c’est pas comme si j’avais jamais vu le loup… ». Je me colle au mur en baissant mon pantalon. Valérie est maintenant aussi nue que son copain et ils se pendik escort caressent mutuellement le sexe. Ma main saisi le mien et commence a faire de petit mouvements. Je sens Séverine se coller a mon dos et passer ses mains devant moi pour me remplacer. Elle me saisi une main pour la glisser dans son pyjama et je touche enfin son petit abricot déjà bien humide. Ses mains me saisissent et me masturbe doucement. « Si tu vois qu’il va juter, tu me laisse la place ».Je suis moi-même pas loin de jouir quand je vois le mec lâcher le minou de Valérie et se redresser en posant ses mains sur ses fesses comme pour se pousser en avant. Comme promis, je laisse la place devant le trou d’observation à Séverine qui s’occupe d’elle d’une main et de moi avec l’autre. On entend un râle pas vraiment discret de l’autre coté du mur. Quelques secondes après, Séverine me lâche et me chuchote « il lui a tout mis sur les seins, regarde » . Je me penche et constate qu’effectivement, Valérie a la poitrine couverte de sperme qui coule sur le dessus de lit. Elle à l’air un peu déçu de la situation et regarde ses seins souillés. Je me retourne et m’approche de la petite sœur avec la bite tendue en avant pour reprendre nos masturbations mais la spécialiste de la douche froide me dit « Dans tes rêves. T’a plus qu’a rentrer chez toi te finir tout seul en fermant ta gueule si tu veux pas que je crie au viol. T’auras qu’a penser a mon petit cul entrain de se faire prendre par ma brosse à cheveux. » et elle me pousse dehors. J’ai à peine le temps de remonter mon pantalon en descendant l’escalier que je me retrouve dehors avec la porte du garage qui se ferme. Alors je fais ce que m’a suggéré la demoiselle, je rentre et m’allonge sur mon lit en pensant à Valérie qui me branle pendant que sa sœur s’encule avec la brosse avant de rejoindre sa sœur pour qu’elles me sucent en cœur. J’éjacule si fort que j’en ai jusque sur le visage. Mon torse est poisseux de jus et je m’essuie avec mon pyjama avant de m’endormir nue et seul.Le lendemain, je tente de parler avec Séverine au collège mais je comprend que je n’ai pas intérêt a m’approcher dès qu’elle me regarde. Ce n’est pas grave, j’ai au moins gagné un bon sujet de masturbation pour un certain temps. Le soir même, je suis dans mon bain et les deux sœurs sont là pour s’occuper de moi. Elles se chamaillent pour savoir qui avalera mon jus et c’est finalement leurs mère qui les pousse pour boire tout mon sperme qui jailli dans la baignoire.Mars passe, avril le rejoint et mai pointe le bout de son nez.J’ai finis pas faire plus ample connaissance avec une certaine Florence B au centre de loisirs. Elle est en cinquième dans un collège privé et je ne peux la voir que le mercredi. C’est un joli blonde au cheveux mi-long bien lisse. Elle est toujours en robe et souris tout le temps. Elle est presque aussi grande que moi mais tellement fine qu’elle ne dois même pas faire trente kilos. Je la vois parfois discuter avec la petite pute de Séverine mais visiblement je n’ai pas été grillé par cette conne. Un soir après le centre, je raccompagne Florence en lui tenant la main et nous nous embrassons pas loin de chez elle. Deux semaines plus tard, elle me demande de passer la chercher chez elle le mercredi pour que nous allions ensemble à l’arrêt de bus situé a cinquante mètres de sa maison. Je propose huit heure quinze pour att****r le car de huit heure trente mais elle me dit de venir plutôt vers sept heure, sept heure quinze. Je dis oui sans même penser à mal et repart joyeux pour une semaine de cours pourri et un week-end de merde. Le mercredi suivant, je me lève sans un bruit pour quitter la maison discrètement et rejoindre ma dulcinée. Florence kartal escort a remplacer Valérie et Séverine dans mes fantasmes masturbatoire depuis quelques jours et j’ai hâte de voir si par hasard il n’y aurait pas moyen de tenter quelques choses. Je sais que toutes les filles ne sont pas comme ma petite voisine mais lui toucher sa petite poitrine voir même les fesses serait déjà top. Alors si j’arrive a lui glisser une main sous la robe… De manière beaucoup plus réaliste, j’espère que son grand frère ne sera pas là pour nous faire chier et que je pourrai au moins l’embrasser.Je n’ai pas le temps de sonner que la porte s’ouvre. Florence est encore en pyjama. Un joli ensemble à fleurs un poil gnan-gnan mais je ne l’imaginais pas autrement. « Merde déjà. J’aurais pas du te dire aussi tôt. Allez viens ». La maison étant situé de l’autre coté de la ville dans un autre lotissement EDF, elle ne ressemble pas du tout à la mienne. L’entrée est très vaste et un escalier immense monte à l’étage en donnant sur une mezzanine. Florence me tire par la main et nous rejoignons sa chambre ou sa tenue du jour est soigneusement rangé sur le lit. Sur la robe bien repasser repose une petite culotte brodée et il faut bien le baiser qui se pose sur mes lèvres pour détourner mon attention. « J’aurais vraiment pas du te dire aussi tôt. Mes parents viennent a peine de partir et je ne me suis pas encore lavé. Ça t’embête si je prend un bain vite fait ? »Je bégaie vaguement un non et demande si son frère ne va pas faire la gueule en me voyant dans sa chambre.« T’inquiète, il est chez son copain à coté pour jouer avec une console de jeux. On est tranquille… Tu sais quoi ? Je vais aller me laver en laissant la porte ouverte. Comme ça, on pourra discuter. » Et elle se dirige vers la salle de bain ou j’entends l’eau couler dans la baignoire. Je me penche un peu et peux voir Florence qui enlève son pyjama. Malheureusement elle s’avance en faisant cela et je ne peux qu’entre-apercevoir ce que je crois être ses fesses. Je me retourne et prend délicatement la culotte posé sur le lit pour la regarder de plus près. Le bruit m’indique qu’elle est entré dans l’eau et elle me demande ce que je compte faire aujourd’hui. Je lui parle de moto mais je n’ai pas le temps de développer car elle me crie de me rapprocher car elle ne m’entend pas. Je repose la culotte et me dirige vers la salle de bain pour m’asseoir à coté de la porte.Nous parlons quelques instants puis elle me demande si moi j’ai eu le temps de me laver avant de venir.« Bin non, je suis parti super tôt en essayant de ne pas faire de bruit. »« Si tu veux tu peux profiter de la baignoire, elle est assez grande pour nous deux je crois. »Elle a à peine finis sa phrase que je franchis la porte de la salle de bain. Florence est allongé dans l’eau et cache sa poitrine d’une main. Je me déshabille rapidement pour la rejoindre avant de ne pas pouvoir dissimuler le redressement en cours de mon sexe. La baignoire n’est pas si grande que ça et mes pieds sont mélangés avec ceux de Florence. Elle écarte les jambes et bouge les miennes afin que nous nous croisions dans l’eau. Mes yeux ne peuvent se détacher de sa petite fente et elle regarde de mon coté ou je sais qu’elle voit que je bande.« Ça te plaît ce que tu regarde ? Parce que visiblement ça te fait de l’effet. » Elle se penche et m’embrasse a pleine bouche. Je porte mes mains sur sa poitrine même s’il n’y a pas grand chose à peloter. Elle est très loin de Valérie mais je suis nue dans une baignoire avec elle et ses mains me tienne la bite. « T’a déjà lécher une fille ? Parce que j’aime bien quand on me lèche. »Je répond par la négative en espérant que cela ne va pas maltepe escort mettre fin à la situation.Florence se lève et se rapproche de moi. Son pubis se rapproche de mon visage et je peux presque compter les quelques poils blond qui surmontent sa fente. Ma bouche se retrouve collé contre elle et comme elle m’a dit de lécher, je sors la langue et je lèche. Rapidement elle se décolle et se retourne en écartant ses fesses.« Je préfère ici si tu veux bien. »Sa petite rosette est ouverte est dessine un petit rond noir qui se referme quand je m’approche. Ma langue se met au travail et ne tarde pas a pénétrer dans ce petit cul. Je plonge aussi loin et fort que possible en lui tenant les hanches des deux mains. Florence finis par me repousser et se met a quatre pattes devant moi avec les mains sur le bord de la baignoire.« C’est bon, tu peux m’enculer maintenant »Je crois être en plein rêve mais non. Elle est bien devant moi avec le trou grand ouvert. Je m’approche et pose mon gland dessus en appuyant. J’essaye de me placer comme j’ai vu faire dans les magazines mais nous n’arrêtons pas de glisser dans la baignoire. Florence se relève et sors de l’eau pour se positionner sur le tapis en moumoute rose. Je la rejoins et me place derrière elle. Cette fois, ça marche du premier coup et je rentre le bout sans difficulté mais elle sers les fesses et m’expulse sans préavis. « Attend on va mettre de la crème »Florence se relève a nouveau et saisi un tube de Nivéa dont elle m’enduit généreusement la bite avant de se remettre en place. Elle glisse deux doigts dans son petit trou et les retire avant de me dire « Ça devrait être bon cette fois ».Je pousse sur mon gland avec la main pour le pousser dans l’anus de Florence et effectivement, cette fois c’est bon. Je glisse en elle d’un coup jusqu’au bout et me retrouve collé a ses fesses. C’est le paradis. Je reste sans bougé un instant puis je commence les mouvements de reins. La sensation est indescriptible sur le moment tellement c’est bon. Au bout d’une ou deux minutes, Florence se retire et s’allonge sur le dos en relevant ses jambes quasiment jusque derrière sa tête. Son cul est largement ouvert, la crème Nivéa est un peu étalé partout et elle s’essuie avant de me dire de lui bourrer le cul. J’y vais sans hésiter et je reprend mes mouvements de plus en plus rapidement. Voyant l’issue se rapprocher, elle me dit « Jute pas dedans, t’a qu’a juter sur mon ventre ».Moins d’une minute plus tard je me retire précipitamment et éjacule sur son ventre. Elle étale un peu mon sperme en jouant avec avant de se lever et de retourner dans la baignoire. Je reste a genoux un instant pour essayer de comprendre ce qui vient de se passer. J’ai mis ma bite dans le cul de Florence. C’est officiel, je ne suis plus du tout puceau. Tout cela me semble un peu irréaliste. Et unique aussi, je viens de vivre quelque chose d’unique avec cette fille. Je ne comprends toujours pas pourquoi elle m’a proposer de faire ça. « Dépêche toi de venir te laver sinon on va être en retard pour le centre de loisirs. »Je la rejoins dans l’eau et nous nous savonnons rapidement avant de nous rincer puis de nous essuyer.Nous nous dirigeons alors vers sa chambre pour nous habiller. Cela fait, elle me fait un gentil petit bisous. En descendant l’escalier, elle me demande « T’es content ? Ça t’a plus ? »« Carrément ! Je ne m’attendais pas à ça. C’était génial, on recommence quand tu veux »« Cool, je suis contente alors » et elle me prend par la main pour sortir de la maison.La porte s’ouvre et nous nous retrouvons nez a nez avec son frère et son copain. Florence leurs dit salut et remonte l’escalier en courant et en criant « j’ai oublié mon sac ! J’arrive ».Je me sens super mal. J’ai l’impression que ce qui vient de se passer est écrit en gros sur mon visage et que je vais me faire casser la gueule dans moins de trente seconde. C’est alors que le frangin me demande :« Alors ! Tu l’a enculé ?»Et son copain de rajouté « Comment c’est trop bien de l’enculer hein ? »

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32