Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Samia – 6 Une nuit à l’auberge.Je réponds aussitôt :— D’accord.Eh! C’est beaucoup 400 F. En Roumanie, sur les parkings de l’autoroute Soarelui en Roumanie, c’est beaucoup moins cher, enfin, à ce qu’on m’a dit. Et puis, si on peut faire plaisir surtout à des prêtres… Je me mets à genoux entre les jambes du Père et il rabat sa soutane sur moi. Heureusement que je n’ai pas peur du noir, enfin pas trop, et heureusement que le père n’est pas trop fâché avec le savon.Il est plutôt bien monté, pour un prêtre… Mais, après tout, les curés sont des hommes! Je caresse un moment son sexe avant de dégager le gland. Je le lèche un peu puis ma bouche va et vient sur son sexe. Tout ça dans le noir, heureusement que j’ai une certaine pratique. On doit apercevoir de drôles de mouvements sous la soutane. Bon, je ne vais pas y passer des heures, je suis dans le noir et ça manque d’air. J’accélère les mouvements, tout en emprisonnant ses couilles dans une main. Je tiens un prêtre par les couilles… Il remue un peu et je sens qu’il va tout lâcher. Juste avant, je me recule et je vise le sol… Hélas, pour lui c’est le bas de sa soutane qui prend tout ! Il n’y a rien sur ma robe, c’est le principal.Je sors de sous sa soutane et je respire une grande bouffée d’air frais, puis je replonge sous la soutane du père Lucas. Ouch! Il est moins net. Je mets vite son sexe dans ma bouche, une partie de l’odeur disparaît. Je le suce tout aussi soigneusement que son collègue. Il est plus jeune et plus sensible aussi, rapidement, je décore le bas de sa soutane, aussi. Voilà, voilà…Le père me tend l’argent. Je lui dis assez bas pour ne pas réveiller les gens devant nous:— Merci mon père. Ça ne vous dérange que mon frère me fasse un petit câlin?Je vois presque leurs yeux briller dans le noir. Ils ne seraient pas un peu vicieux, ces deux-là? Oui, moi aussi, d’accord. Je dis à Julien:— Viens m’embrasser, petit frèreIl obéit tout de suite… Je m’installe bien: à moitié couchée sur le père Martin, je mets une jambe sur les cuisses du père Lucas. J’imagine ma chatte offerte à la langue de mon frère. Il me lèche, bien. Je sais qu’il est accro à mon odeur, à mon goût et à ma façon de le traiter. C’est quand même un peu périlleux de faire ça au milieu de tous ces gens qui dorment ou somnolent…Je prends les mains des deux prêtres et je les pose sur mes seins.Je suis sans doute la seule fille au monde à se faire lécher la chatte, pendant que deux prêtres lui caressent les nichons… J’aime cette idée. Je pousse un peu sur la tête de Julien en murmurant:— Suce mon clito…Là, je sens que mon vagin se serre, il se prépare quelque chose….Oh oui, oui… ouiiiii, je jouis…. Quel bel orgasme, presque unique au monde. Je repousse Julien… J’ai dû gémir un peu fort, car plusieurs personnes se retournent. Le Père Martin leur dit:— Elle a fait un mauvais rêve.Le reste du voyage se passe bien. Quelques retraités doivent se douter de quelque chose et j’ai droit à des sourires… complices.On muğla escort arrive à Marseille, le car s’arrête dans un parking, près de la friche La Belle de Mai, un joli nom pour une ancienne manufacture transformée en lieu culturel. On dit au revoir à tout le monde, les prêtres m’embrassent, l’un me caresse la chatte, l’autre les fesses, pas trop discrètement. Ils nous donnent leurs adresses dans les Ardennes.Nous voilà à Marseille… Mon but, c’est les Saintes Maries. On marche un bon moment, Julien geint un peu. Je lui demande s’il veut une bonne raison de pleurnicher.Non, il s’arrête de geindre.On arrive à une entrée de l’A 7. Je fais du stop et rapidement, une voiture nous prend. Le conducteur est un représentant sympa. Il nous dépose à la sortie qui nous permet d’aller vers la N 113. On est pris par un couple du coin. Julien est surpris de la facilité avec laquelle les gens nous embarquent. J’inspire confiance! Les gens sont gentils, enfin, avec les gens jeunes et beaux, les autres peuvent attendre. Je crois que je donne trop de détails, accélérons un peu.On arrive aux Saintes Maries et on va directement à l’église. Je mets un foulard sur mes cheveux. Sara était la servante noire de Marie Salomé et Marie Jacobé. Moi aussi, je me sens comme une étrangère, dès qu’on sait que je suis une Rom.Je reste un moment pour la remercier et discuter avec elle. Elle me remonte un peu les bretelles, mais dans l’ensemble, elle m’a à la bonne, à voir son air impassible.On sort de l’église. C’était la partie religieuse de mes vacances. Enfin, je veux dire la visite à Sainte Sara. Les prêtres qui m’ont “forcée” à faire des choses pas convenables. Je préfère le dire comme ça, tant qu’on est si près de l’église. Maintenant, la partie sexy des vacances: le Cap d’Agde. J’ai envie d’être nue et que tout le monde me regarde… D’accord, il y aura peut-être quelques gays qui regarderont Julien et sa petite quéquette.On reprend l’A113. Deux voitures et un camion plus tard, on se retrouve à Agde. Le couple qui nous a pris nous dit qu’on est à 15′ du village naturiste.C’est la fin d’après-midi, on doit trouver où se loger à Agde… Je veux dépenser le moins possible. On va dans le centre et je repère des jeunes qui font la route. Je le sais parce qu’ils ont des sacs à dos, ils sont sales et ils boivent de la bière! Je vais leur parler:— Dites, les gars, on est fauchés. Vous ne savez pas où on peut dormir?Le grand à qui je me suis adressée, parce qu’il a l’air cool et un peu pété, répond:— Tout est hors de prix ici, ma belle. Mais je peux te donne une adresse.— Oh oui, volontiers!Il sort un bout de papier et me griffonne un truc. Je le remercie. Il me demande:— T’as pas envie de continuer la route vers Carcassonne?— C’est gentil, mais on doit rejoindre des amis au Cap.On part dans la direction qu’il nous indique. Nous marchons pendant un bon quart d’heure. Julien est derrière moi avec nos sacs.On finit par arriver à la sortie de la ville, presque dans la escort muğla campagne, devant un grand bâtiment qui doit être une ancienne ferme. Sur la façade, quelqu’un a écrit sur une planche “Auberge de Jeunesse” et en dessous “Pris résonables” (les fautes ne sont pas de moi). Vous avez déjà été dans ce genre d’endroit? Non, je ne crois pas. C’est sommaire. La catégorie en dessous, c’est dormir sur un sac en plastique dans un taillis.Nous entrons et je demande des renseignements à une gamine assez jolie vêtue d’une robe pas très propre et d’une casquette des « Yankees de New York ». Elle nous dit:— C’est 50 F par personne. Il y a une douche et des draps propres pour 2 F. Vous voulez voir?En la suivant, on arrive dans une très grande pièce. Il y a des rangées de petits matelas alignés à 50 cm les uns des autres. Je ne sais pas si je l’ai dit, mais je suis une Rom et j’ai connu pire. Par contre, Julien est très surpris. Je l’élève à la dure! J’annonce à la gamine:— On prend 2 lits.— Ça fera 100 F. Il y a un distributeur pour les draps en papier. Avant 22 h, vous pouvez acheter des boissons et des sandwichs “faits maison”. À 22 h, vous n’avez plus accès qu’à la chambre et au jardin. Il y a un gardien à partir de cette heure-là. Vous pouvez vous adresser à lui, s’il y a une vraie urgence.Je la paie et elle me donne un papier avec les numéros de nos lits. J’achète 4 sandwichs et 4 bouteilles de bière. On va dans le jardin, qui est en fait la cour de la ferme. À côté, il y a une “casse” où se trouvent des carcasses de voiture. Un groupe s’est installé autour d’un petit feu.Je dis « bonjour » à ceux qui lèvent la tête à notre arrivée. Un garçon nous dit:— Venez avec nous. On fait cuire des marshmallows comme aux USA.Marrant! J’ai jamais mangé de la guimauve grillée. On va s’asseoir avec eux. Nous mangeons nos sandwichs et de la guimauve. Il y a un joint qui tourne, je prends une taffe, Julien me dit:— S’il te plaît… Samia.Les autres sont un peu surpris. Je lui réponds:— Exceptionnellement.— Oui, merci Samia.Les jeunes sont sympas. On partage nos 4 bières et on boit aussi du rosé. Beaucoup d’entre eux continuent la route vers l’Espagne. Je leur dis la vérité… ou presque: on est en vacances, mais mon mari — oui, ça surprend — s’est fait voler presque tout notre argent, le con! On va aller au village naturiste où une fille qui a un tour de poitrine de 90 B naturel, comme moi, doit forcément trouver un petit boulot. Un jeune gars, cheveux noirs bouclés, visage d’ange déchu, me dit:— Ils sont vrais tes nichons?— Cent pour cent bio.— Montre.— Demande à mon mari s’il est d’accord.Le jeune regarde Julien en disant:— Ta femme peut montrer ses seins?Réponse embrouillée de Julien:— Euh… comme on va au… Cap d’Agde et que…Je baisse les bretelles de ma robe pour leur montrer mes nichons. Je tourne un peu pour qu’ils les voient bien. J’ai droit à quelques coups de sifflet admiratifs et à des compliments.Le jeune homme se met aussitôt à me caresser muğla escort bayan les seins. Je me défends en riant, puis je remonte ma robe en disant:— Devant mon mari! T’es pas gêné, toi!Manifestement, il se fiche de mon mari. Montrer ses seins, c’est fou ce que ça aide à briser la glace. Une autre fille montre les siens en disant:— Moi aussi, ils sont vrais!C’est vrai et ils sont presque aussi beaux que les miens. On nous offre des bières, on rigole. Il y un mec qui a une guitare et qui joue. Une fille se met à chanter pas mal du tout. La nuit tombe et l’éclairage de l’auberge se limite à quelques ampoules nues.Le jeune qui m’a caressé les seins s’appelle Kristos et il est grec. Il est beau, aussi. Il me dit:— Il y a un plan d’Agde et du Cap près du bureau. Tu veux que je te montre les endroits où tu peux trouver un job?— Oui, volontiers.Je me lève, Julien aussi. Kristos me dit à l’oreille:— Ton mari, c’est obligatoire qu’il nous suive?— Il fera le guet, si tu veux encore jouer avec mes nichons.Grand sourire carnassier de l’ange grec. On va dans le couloir, mais on reste juste derrière la porte. Je dis à Julien:— Tu surveilles!— Oui, Samia.Ça m’excite de flirter juste à côté de lui. Kristos descend son pantalon sur ses chevilles et un sexe plus de 20 cm se dresse vers moi. Il a beaucoup de poils très noirs qui montent vers son nombril. Il me dit:— À genoux et commence par me lécher les couilles!Les gens peuvent avoir deux visages, non? Je veux un mari qui fait tout ce que je veux… mais, j’aime me faire baiser par un Homme avec un grand H qui me traite comme une femelle avec un petit f!Je me mets à genoux sur le carrelage et en prenant ses fesses en main, je couvre ses couilles de baisers. J’ai le nez dans ses poils et il sent l’homme… viril, un peu trop, mais mon petit f aime ça ! Je lèche même ses couilles et j’ai le goût salé de sa sueur en bouche. Après quelques minutes il me dit :— Maintenant suce-moi.Je tire sur la peau de son sexe et dégage le gland. L’odeur virile devient très marine. Je le prends en bouche et ma tête va et vient sur son sexe. Je ne le suce pas très longtemps. Dès que son gland est propre, il retire son sexe de ma bouche et me dit :— Présente tes fesses.Je me lève et je retire ma culotte que je donne à Julien – vous voyez bien qu’il sert à quelque chose. Ensuite, je remonte ma jupe jusqu’à la taille et je me mets à quatre pattes. Kristos me dit :— Demande.— Baisez-moi.Il me donne une bonne claque sur les fesses.— Aiiieeeee !— Demande mieux que ça et remue ton cul.Tout en roulant un peu des hanches, je dis :— Baisez-moi, Monsieur, s’il vous plait.— Aiiieee… aaahhh…. oooohhh…Il m’a pénétrée jusqu’à ce que ses couilles viennent claquer sur le haut de mes cuisses. Ensuite, il me baise à grands coups de reins. C’est bon, je gémis de plus en plus fort, ce qui me vaut une nouvelle claque tandis qu’il grogne.— En silence !Il ajoute pour Julien:— Embrasse ta femme pendant que je la baise.Il ne serait pas un peu vicieux le Grec ? Julien vient se mettre à genoux devant moi. Je l’embrasse, pour la première fois en fait – je vous rappelle qu’on n’est que fiancés.A suivre.Si vous aimez mes histoires, vous aimerez mes livres. Je suis ici : mia.michael@hotmail.fr

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32