Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Variation Plaisir Mature (3)Une nouvelle tempête s’annonçant me retrouvant à nouveau chez Colette. En mi-session universitaire sa fille faisant acte de présence. Une bonne bordée de neige tombée pelletant un demi mètre pendant une heure et demi environ. Entrant discutant avec les deux dames brièvement. Me sachant dans l’impossibilité de pouvoir m’assouvir de Colette Marie-Dominique toujours présente. Elle voulait que je replace sa voiture dans l’entrée. Lui signifiant que l’automobile de sa fille était un peu trop centrée dans l’espace libre devant la bouger un peu. Marie-Do sortant déplaçant son véhicule laissant maintenant une place pour les deux. Sa mère me prêtant ses clés pour que je puisse la déplacer au côté de celle ci. Entrant me proposant de boire un café et me réchauffer un peu. Colette avait aussi préparée quelques hors d’oeuvres durant l’heure les apportant sur la table. Quelques saucisses cocktails enroulées de bacon. Trempées dans une sauce rouge ajouté d’un petit morceau d’ananas piqué sur le dessus. Un second composé de morceaux de fromages de chèvre enroulés de fines tranches de saumons fumés piqués d’un bâtonnet. Deux types de bouchées tout à fait succulentes s’envolant en moins de deux dans mon gosier et dans ceux de mes comparses. Marie-Do âgée de 22 ans était une grande et voluptueuse jeune femme célibataire mesurant 5 pieds 8 environ. Une brunette aux yeux bruns portant des lunettes avec une grosse poitrine volumineuse. L’équivalent en grosseur de ceux de sa mère mais en plus fermes et en plus ronds. Son ventre était loin d’être plats semblant avoir un fort caractère. Une jeune femme paraissant ordinaire dans l’ensemble faisant de l’embonpoint. Suspectant Colette de vouloir m’acoquiner de la présence de sa fille. Mes oreilles ouvertes à toutes éventualités appréciant la présence de jeunes femmes voluptueuses et rondes. Une odeur de phéromones femelles gravitant dans l’air. Sentant Marie-Do un peu frigide sa mère que je baisais régulièrement un peu plus chaleureuse. Colette tentait de créer des liens entre moi et sa fille. Sentant dans son regard un peu de colère car elle devait peut-être savoir que je m’envoyais en l’air avec sa mère. Soi elle était jalouse ou bien envieuse. Soi elle n’acceptait tout simplement qu’un jeune homme de 28 ans se tape sa génitrice devenue veuve depuis seulement deux ans. Colette m’affirmant qu’il prévoyait une autre tempête hivernale dans les prochains jours. M’indiquant de préparer mes bottes de travail en temps et lieu. Marie-Do présente pour encore 6 journées dans les environs. marmaris escort Me laissant quand même du temps pour un éventuel assouvissement mère fille si c’était le cas. Marie-Dominique partant quinze minutes plus tard vers un lieu quelconque pour un durée indéterminé. Me laissant le champ libre pour venir fourrer Colette dans son lit à sa demande. La madame toujours partante pour une bonne partie de jambes en l’air.Une certaine tension sexuelle mère-fille me rendant un peu plus farouche qu’à l’habitude. Habitué à venir l’entretenir régulièrement ma verge la pénétrant promptement entre ses cuisses bien ouvertes. Elle semblait aimer jouissant d’une voix vive son plaisir ressenti. Des sons de chatte mouillée résonnant dans toute la pièce à l’unisson. J’étais en super forme mon bassin la frétillant tel un saumon remontant sa rivière pour frayer. Colette était une femme mince de 57 ans avec une grosse poitrine tombante. Elle sentait royalement bon me délectant à chaque fois de sa délicieuse chatte grise. J’aimais bien sortir ma tige pour venir lui frotter la pointe de mon gland de bas en haut sur sa fente entrouverte. Naturellement qu’à force de le faire ensemble on commençait à se connaître et à s’apprivoiser. Réussissant à lui déclencher quelques orgasmes à chaque reprises d’hostilités. Éjaculant en elle tel un matador mettant un terme à son valeureux combat. Embrassant sa grosse poitrine tombante au final m’en délectant tel deux cornets de crème glacée volumineux. Ma douce infirmière semblait encore une fois comblée et satisfaite.Me parlant un peu de sa fille l’ébat terminé une cigarette à la main. M’affirmant que la mort de son père l’avait peut-être un peu perturber. De ne pas trop faire de cas de son attitude réfractaire. M’attendant à ce qu’elle la vante un peu en vu d’un éventuel assouvissement. Ce qui n’était pas le cas. Mon intuition me disant par contre que j’allais peut-être me retrouver au lit avec la jeune dame dans un futur prochain. Réalisant peut-être un très difficile triolisme à réaliser en duo mère-fille. Colette peut-être trop lucide sachant que l’inévitable était pour arriver. Une énorme tension sexuelle ressentie lors de ma discussion avec les deux dames à leur table. Me rhabillant en lui disant au revoir et à la prochaine retournant vers mon logis.Deuxième tempête de la semaine Colette apparemment absente. Sa fille par contre présente entrant la corvée terminée. Discutant un peu avec la jeune dame me demandant de repasser vendredi vers 19 heures si je voulais être payé. Revenant en cette même marmaris escort bayan journée la voiture rouge de ma chaude cinquantenaire présente. Celle de sa fille absente. Cognant à sa porte sans réponse sa serrure cependant débarrée. Entrant visionnant une note sur le comptoir devant la lisant. Vient me retrouver en haut. Entre, déshabille toi. Attends quelques minutes. Montant l’escalier entendant des gémissements au loin. Me dirigeant vers la chambre non pas de ma régulière assouvie mais bien de celle de sa fille Marie-Dominique. Entrant surpris de voir la jeune demoiselle entrain de se masturber devant mes yeux les cuisses bien ouvertes. Se passant un objet sexuel cylindrique de verre entre les jambes. Visionnant sa grosse vulve au pubis taillé court. Plusieurs éclaboussures de cyprine mouillant le dessus de sa couverture le liquide visqueux coulant entre ses cuisses. Arrêtant sa motion rapide du poignet me demandant de me dévêtir en gardant mon caleçon puis de l’observer. Continuant ses mouvements intrusifs dans son antre chaud et mouillée. Restant debout devant la tige dressée sortie de mon sous vêtement. Dix minutes humectant l’odeur de sa grosse chatte humide se faisant introduire en vitesse. Gémissant visiblement motivée par ma présence découvrant ainsi une grosse cochonne en manque de sexe. Colette entrant en petite culotte rose dans la chambre. Collant ses seins nus contre mon dos leurs pointes visiblement durcies. Venant m’embrasser dans le cou. Apposant sa main gauche à l’intérieur de mon sous vêtement de l’arrière. Caressant ma tige en la branlant tout doucement exprimant un Regarde là et contemple pour l’instant. Me retrouvant pris en souricière entre les deux dames attendant leurs intentions. Marie-Dominique se masturbant toujours visionnant sa grosse chatte à l’intérieur rosée mouillée. Colette exprimant un Fourre là maintenant et ensuite vient me trouver au salon. Marie-Do laissant son objet de verre de côté se préparant à venir accueillir ma verge. Apposant une protection sur ma tige l’introduisant pour venir éclabousser sa grosse fleur. Colette nous observant quelques minutes pour ensuite repartir au rez-de-chaussée. Ne mesurant que 5 pieds 6 lui accusant à peu près 60 livres de moins. Une forte différence en corpulence me demandant si elle allait ressentir ma queue la pénétrer. Fourrant la jeune dame dans la position du missionnaire avec ses deux jambes charnues biens ouvertes. L’introduisant durement et sèchement ma verge semblant se perdre entre ses grosses lèvres vaginales humides. Elle commençait escort marmaris à jouir accélérant mon ardeur dans son antre chaud. Se retournant pour venir me sucer la tige un instant. Revenant à notre position initiale exprimant un Vas-y fourre. Mon bassin vibrant en vitesse la dame jouissant sous mes coups de pieux. Nos deux corps se percutant l’un l’autre quelques objets d’une tablette fixée au mur tombant sur le sol. Fourrant Marie-Do avec ardeur le lit brassant passablement. Éjaculant en extirpant un long râle caverneux au final. Affirmant que la jeune femme était presque aussi chaude que la mère. Ses gros seins lorsque mis en bouche très agréables et voluptueux. .Rapidement douché retrouvant Colette au salon. Déchirant sa petite culotte pour venir lui manger la chatte goulûment. Un assouvissement hyper intense venant la prendre de mi-côté sur le divan. Attouchant ses petites fesses rondes et un de ses seins de ma main gauche. Une baise quand même assez rapide me retirant pour venir éjaculer sur son flanc. Se relevant pour me faire une fellation et remettre ma tige dressée. Apposant une protection sur ma verge ne le faisant habituellement jamais avec elle. Colette voulait se faire prendre plein cul par en arrière m’y exécutant tout doucement au début pour ne pas lui faire mal. Puis avec une bonne cadence la dame mouillant littéralement comme une chienne. Sa chatte baveuse coulant sur tout l’intérieur de ses cuisses aspergeant son divan de mouille. Sa chaleur corporelle avait de loin décuplée Marie-Do apparaissant. Observant sa mère se faire saillir par la deuxième porte exprimant quelques cries de jouissances. Nos deux corps embrasés prenant littéralement en feu. Colette aimait visiblement se faire sodomiser et ce devant sa fille en plus. Fortement stimulée par mes intrusions pelviennes plusieurs jets de mouilles s’extirpant en filament de son vagin. Me retirant pour venir éjaculer mes semences sur son dos une dernière fois en me masturbant. La dame avait visiblement atteint un second niveau point de vue performance. Son cul visiblement défloré sailli pour une toute première fois. Se retournant pour venir m’embrasser un instant. Colette avait convaincue sa fille de bien vouloir coucher avec moi un peu réticente au début. Appréciant le tout après. Les deux femmes préférant se faire assouvirent à tour de rôle se sentant un peu mal à l’aise en triolisme. Fourrant Marie-Dominique en levrette dans les jours suivant. Une jeune femme inexpérimentée en mauvaise forme physique. Sa chatte un peu trop grosse me donnait peu de sensation la pénétrant. Colette aimait bien regarder cependant. La rendant super cochonne quand venait son tour après avoir vu sa fille assouvie. Préférant désormais les baises rapides et rudes. La venue de sa fille l’avait complètement rendue perverse.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32