Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Chap 10 : Coiffeuses aguicheuses (2/2)(Samedi soir, Jef, mon nouvel acolyte et moi sommes en boîte.Nous y avons rencontré un groupe de coiffeuses.Jef a séduit l’une d’entre elles, pendant que je faisais connaissance avec la patronne, Linda, une femme mature en instance de divorce.Nous voilà tous les quatre dans un taxi pour un after chez Jef.)Nous avons un peu moins de 20 minutes de trajet.Je suis à l’arrière du véhicule, entouré par ces deux femmes spécialistes capillaires. À ma droite Sonia, jolie brin de fille chatain avec sa queue de cheval. Elle et Jef, qui est à l’avant sur le siège passager, se tiennent la main. Lui, bras tendu en arrière et elle, lui gratouillant la paume de la main, vous savez, juste avec l’index pour signifier qu’on a envie… Et elle a envie de lui, je le devine à son sourire. Jef a le sourire également, il a bien compris le message. A mon avis, ces deux là vont s’éclipser rapidement lorsque nous serons arrivés chez lui.Si cela se passe comme je l’imagine, cela veut dire que je vais me retrouver en tête à tête avec Linda…Je fantasme à nouveau sur cette femme mature qui m’a taquiné.Je nous imagine une fois seuls, elle va continuer sa parade nuptiale pour me séduire, je l’imagine me sauter dessus. Je l’imagine cougar, folle de sexe, se donner à moi sans retenue. Elle m’a quand-même allumé en boîte. À moins que je ne me sois fait de fausses idées. Et si c’est le cas, je tente quelque chose pour voir sa réaction? Mais si elle se refuse à moi, cela va créer un gros malaise entre nous. D’un autre côté, si elle a accepté de venir au dernier moment, il y a bien une raison non?Je suis saoul et je suis paumé dans mes pensées, je ne sais absolument pas comment je dois m’y prendre avec une femme de son âge. Il est possible qu’elle regrette déjà être montée dans ce taxi.Je la regarde du coin de l’œil, la tête posé contre la fenêtre, les yeux fermés, elle s’endort lentement.Je dois réagir:- Bah alors Linda, on ne tient plus le coup?Elle sursaute un peu:- Houlà, excuses-moi j’ai un petit coup de barre.- Ce n’est rien, un petit verre en arrivant ça vous redonnera un peu de peps.- Mouais, on verra.Elle se laisse aller en posant sa tête sur mon épaule:- Ça ne te gêne pas?- Non allez-y.Elle ferme à nouveau les yeux, sa main se pose sur ma cuisse, et l’autre s’agrippe à mon bras.Ça y est dans ma tête, ça défile, j’ai envie que sa main remonte vers mon entrejambe.Arrivés chez notre hôte, on s’installe dans le salon. Jef allume son ordi et met un fond musical. Puis il propose à ces dames, une coupe de pétillant.Je le suis dans sa cuisine:- Bon ça se présente bien pour toi.- Ouais carrément, Sonia est super chaude, elle a trop envie de niquer. Je peux te dire qu’elle ne va pas regretter d’être venue.Et toi alors avec Linda? Elle est encore bien foutue pour son âge.- Tu lui donnerais quel âge?- Je dirais 40-45 ans.- Tu as déjà couché avec une femme mature toi?- Non, mais tu t’en fous de son âge, si elle te plait, fonce.- C’est pas qu’elle me plait spécialement, mais elle m’a chauffé en boîte et maintenant j’ai envie de baiser.- Bah alors ne te prives pas.- Tu crois que j’ai moyen?- Si elle est venue, c’est qu’elle en a envie aussi.Nous retrouvons les filles au salon. Elles dansent ensemble au milieu de la pièce en rigolant. Nous leur tendons à chacune la coupette de bulles. Nous trinquons et faisons quelques pas de danse.Un peu plus tard Jef et Sonia sont dans le même fauteuil. Assise sur ses genoux, ils s’embrassent et se pelotent ouvertement. L’ambiance est retombée, la soirée se termine.Je fouille sur l’ordi pour trouver une dernière chanson sensuelle pour flirter.”I dont want to miss a thing” d’Aérosmith.J’invite Linda pour un dernier slow. Je me love derrière elle, mes bras l’enlacent. Nous titubons de plus belles. Je passe une main sous son tee-shirt. Elle ne dit rien. Je caresse son ventre plat, ferme. – Tu fais de l’exercice?- Footing 3 fois par semaine.Je comprends mieux son joli petit cul.Elle se fait chatte contre moi, elle apprécie mes caresses. Elle sent mon sexe dur appuyé contre ses fesses. Elle en plaisante:- Je crois qu’il y a ton portable qui vibre…- Oups, désolé ce n’est pas mon portable.- Je sais bien, c’est très flatteur en tout cas.Revenu sur le canapé. On discute de tout, de son métier, de sa passion pour la peinture. J’y connais rien, mais je fais semblant de m’y intéresser.Nos deux tourtereaux se lèvent:- On va se coucher. L’autre chambre canlı bahis est au fond à droite. Bonne nuit à demain.Linda se lève: On va dormir aussi? Je suis déçu, il ne sait rien passé. Gentleman, je lui dis de prendre la chambre, je vais dormir sur le canapé. Je lui propose un dernier verre- Non merci, j’ai eu ma dose- Allez, il reste un fond, on ne va pas laisser ça. On pourra discuter tranquillement.- Bon, c’est bien parce que c’est toi.Nous évoquons nos relations sentimentales.Elle me parle de son divorce, je lui raconte mon histoire avec Laura.Tiens au fait Laura, je n’ai pas penser à elle de toute la soirée, serais-je guéri?Soudain nous entendons un bruit tout à fait reconnaissable. Ce sont les couinements de Sonia. Linda en rigole.Je la fixe dans les yeux:- Ca ne te donne pas un peu envie?- Si mais…- Je suis trop jeune pour toi c’est ça?- Oui, tu as tout compris.Effectivement, c’est à ce moment précis que je capte qu’elle est comme moi. Elle a envie, mais la différence d’âge la bloque, elle n’ose pas craquer sur un petit jeune, peur des qu’en-dira-t-on.- Quel âge as-tu?- 22 ans- J’ai 48 ans, mon fils en a 24, je pourrais être ta mère.- Et alors, on s’en fiche, si on en a envie tous les deux. Tu sais je pourrais te faire du bien.- Je n’en doute pas, mais c’est plus raisonnable qu’on en reste là.- Mais je croyais que je te plaisais, tu m’as caressé, tu m’as sucé l’oreille je te rappelle et tu m’as presque embrassé.- Oui c’est vrai que je te trouve mignon, excuses-moi, j’ai été un petit trop tactile avec toi, mais j’avais besoin de flirter un peu, de me sentir désirée, de sentir que je peux plaire encore. Je ne voulais pas te donner de faux espoirs.- Bah c’est raté.- Tu m’en veux?- Non pas du tout, mais j’aurais beaucoup aimé passer la nuit avec toi.- Tu es gentil. Elle m’a déposé un doux baiser sur les lèvres. Puis elle s’est levée:- Tu penses que ça dérangerait ton ami si je prends une douche avant de me coucher, j’ai transpiré, et j’aime me sentir propre pour dormir.- Franchement, vu ce qu’ils font, rien ne peux les déranger.En me couchant sur le canapé, je cogite beaucoup. Je me refais le film de la soirée et je n’en reviens pas. Je me suis fait allumer et rien… Ça ne peut pas se terminer comme ça. Je me lève en tee-shirt et boxer. Je l’attend devant la porte de la salle de bain. Elle vient de couper l’eau, mon cœur bat à cent à l’heure. Elle ouvre la porte, enroulée dans une serviette. Elle est surprise:- Mais qu’est ce que tu fais là?- Je m’avance vers elle, la faisant reculer dans la salle de bain. Je la saisis par la hanche et je l’embrasse sans un mot. Elle me rend le baiser. Nos langues s’emmêlent. Mon souffle est court, je bande, je lui caresse les fesses, elle aussi. Je retire mon tee-shirt et je la serre à nouveau dans mes bras. Je l’embrasse dans le cou, elle halète. Je tire sur sa serviette qui tombe par terre. Je palpe ses seins, je suis surexcité. Ma main glisse entre ses cuisses, je caresse sa fente humide. Elle m’arrête:- Stop, je ne peux pas faire ça.- Tu es sûre, pourtant tu en meurs d’envie. – Je sais, mais je ne peux pas.- Très bien, je n’insiste pas, mais demain, tu regretteras de ne pas avoir succomber à tes désirs, tu t’en mordras les doigts, ce sera trop tard pour faire marche arrière.Elle ne dit rien, ramasse sa serviette et m’embrasse une dernière fois:- Je suis sincèrement désolée.Je suis retourné me coucher sur le canapé, le boxer bombé. Je ferme les yeux, glisse ma main sous l’élastique et je me caresse les bourses.5 min plus tard, Linda vient à ma rencontre toujours enroulée dans sa serviette.Je retire ma main à toute vitesse.Elle me regarde toute timide:- Tu veux bien venir dormir avec moi?- Tu as changé d’avis?- Oui j’ai bien réfléchi et tu as raison, je ne veux plus rien regretter.Je bondis hors du canapé et la suis dans la chambre.La porte fermée, on se jette dans les bras l’un et l’autre. On s’embrasse fougueusement. – Excuses ma réaction de tout à l’heure, mais j’ai eu peur, j’ai été bête, mais tu sais ça fait bientôt deux ans qu’aucun homme ne m’a touché.- Pas même ton ex-mari?- Non, et les dernières années, c’était de plus en plus rare.- Je vais m’appliquer pour te faire redécouvrir les plaisirs sexuels.Debout au pied du lit, j’ai fait glisser sa serviette et je l’ai bisouté de haut en bas. Cou, épaule, seins, ventre, pubis. Toutes les parcelles du haut de son corps y sont passées. Elle feule. Ma langue remonte, bahis siteleri passe sur son nombril, entre ses seins de taille moyenne qui pendent légèrement.On s’embrasse encore, nos langues se bataillent. Je caresse son petit cul ferme à la peau d’orange. Ma main glisse entre ses cuisses, sa respiration devient pressante, mes doigts tournicotent dans son triangle blond et trouvent l’entrée de son trésor humide.La première phalange de mon majeur s’immisce entre ses lèvres et pénètre facilement. Elle gémit, mes aller-retour la stimule de plus en plus.Sa main se propage sur mon boxer et cajole ma bosse. Mon cœur palpite, elle embrasse mon torse, suce mes tétons, ses lèvres parcours mes abdos. Mon gland suinte, je le sens.Elle baisse mon caleçon:- Et bien, c’est un beau morceau me dit-elle en souriant. Si seulement mon ex en avait eu une comme ça…Elle m’allonge sur le lit, elle s’étend à côté de moi, pose sa cuisse sur la mienne. Nos baisers deviennent de plus en plus torride. Elle empoigne mon sexe et commence une douce branlette.- Elle s’appelle orangina- Qui ça?- Ma queueElle me regarde dubitative- Tu ne connais pas la pub? Orangina, secouez-la, sinon la pulpe, elle reste en bas.Elle éclate de rire:- Je vais la secouez comme il faut alors.Elle m’astique en m’embrassant à pleine bouche. Je grogneElle se met sur le côté à quatre pattes et elle me lèche le gland toujours en douceur. Elle me suce copieusement en rythme. Il n’y a aucune fausse note. Une main sur sa tête, mon autre main caresse ses fesses et cajole sa vulve ouverte. Mes doigts la possède. Sa chatte ruisselle de plaisir.Elle s’active de plus en plus vite sur mon membre turgescent, ses doigts le serre fort. J’exulte de longs râles:- Oooohhh, haaannn!!!! C’est trop bon. Elle souhaite ressentir le même plaisir, elle enjambe mon visage et m’offre sa chatte velue et poisseuse. Mes bras encerclent ses cuisses, j’écarte ses lèvres et ma langue investit son intimité. Je lèche son trou, j’aspire ses lèvres, je lape et suce son clitoris au goût salé. Elle jouit la bouche pleine.Elle me branle:- Tu me fais mouiller, tu me fais jouir, c’est bon, tellement bon, et cette bite…Elle se penche à nouveau dessus et me pompe comme une folle, alors que ma langue continue son expédition dans sa grotte. Je bois son jus gluant qui s’écoule le long de ma gorge. Mon nez est coincé entre ses fesses, collé sur son anus. Je titille ce dernier de la pointe de ma langue.Elle fond sur moi et frotte sa chatte contre ma tige dressée. Ses lèvres écartées vont et viennent le long de ma hampe.Elle est de moins en moins timide, limite chienne. Elle saisit mon sexe et se l’enfile profondément:- Oh Putain, oui, que c’est bon, ça fait tellement longtemps, je veux jouir.La moiteur de son vagin m’électrise. Elle est dos à moi, les jambes grandes ouvertes, je la soutiens par les hanches pendant qu’elle se baise sur mon chibre.J’empaume ses nichons, je les presse, je roule ses tétons. Elle ondule son bassin et jouit sobrement:- Hum quel pied, je jouis, tu es formidable mon petit chéri.En entendant cela, je suis en extase, fier et heureux de donner du plaisir à une femme expérimentée.Mes coups de reins sont plus brusques et rapides, la faisant sautiller sur ma queue. Elle se masturbe en couinant vite:- Ouh, ouh, ouh, ouh, continues, oui, jouis en moi.J’extériorise mon orgasme en rugissant, la remplissant abondamment de sperme.Elle s’écroule sur moi en sueur et nous nous embrassons tendrement. Elle se blottit contre moi, se cale sous mon aisselle.Je plaisante:- Tu n’as pas peur de mourir, ça doit sentir fort la dessous.- Ce n’est pas grave, j’aime cette odeur de fauve après le sexe.- Ca t’a plu?- Oui, beaucoup, tu m’as fait beaucoup de bien. Il y a longtemps que je n’ai pas jouis comme ça. – Tant mieux alors, moi aussi j’ai aimé. J’ai pas été trop rapide?- Houlà non, mais tu sais à mon âge, la performance on s’en fiche, on préfère la qualité à la quantité. Toi, tu as été doux, généreux, attentif à mon envie, je suis agréablement surprise. Tu es un bon amant, les petites jeunes vont craquer pour toi.- Sauf si je me contente de sortir avec des femmes mûres.- C’est la première fois que tu couches avec une “vieille”.- Oui, mais bon tu n’es pas si vieille. En tout cas, tu as un très beau corps.- Merci, tu es mignonOn s’embrasse à nouveau alors que la lumière du jour fait son apparition. Elle me suce la langue, je bande à nouveau.- Et bien déjà d’attaque?- bahis şirketleri Oui je suis le Lucky luke du sexe, je bande plus vite que mon ombre. Elle sourit, et je grimpe sur elle. Je l’embrasse dans le cou, elle gémit en palpant mes fesses, s’écartèle et s’offre à moi à nouveau. Je la pénètre d’un seul coup. Sa chatte, encore imbibée de mon liquide reproducteur, est lubrifiée et me permet de coulisser en elle facilement.En appui bras tendu au dessus d’elle, je la besogne machinalement. Ses ongles plantés dans mes fesses, elle m’accompagne à chaque aller-retour en me mumurant son plaisir: – Vas y, prends-moi, hum oui je la sens bien, viens, plus profond…Je la lime avec vigueur, me penche par moment pour l’embrasser, lui mordiller la lèvre inférieur, lui sucer les tétons.Je jubile de la voir prendre autant de plaisir, elle rayonne de bonheur.Je passe mes mains sous ses fesses, ses jambes se croisent autour de ma taille, je calme le rythme, je rentre et sors lentement, la perforant profondément. Elle adore ça, je sens son vagin se contracter, serrant mon pénis. Elle me caresse le visage, glisse deux doigts dans ma bouche que je suce affectueusement.- Linda, tu es merveilleuse, j’aime être en toi, la chaleur de ton sexe m’enivre, je veux te faire jouir, te faire décoller.- J’en ai très envie aussi, je veux des orgasmes, que tu me prennes en levrette.On change de position, inversés au sens du lit. En bougeant, nous entendons un instant Sonia hurler sa jouissance. Nous sourions.A quatre pattes, elle s’agrippe à la barre du sommier. A genoux derrière elle, je bisoute ses fesses, les lèche, les câline, les malaxe.- Linda tu as un cul d’enfer, j’adore tes fesses.Je lèche sa chatte et je la reprends doucement. Elle soupire, semble conquise:- Oui comme ça, c’est bon, vas y plus vite, plus fort, défonces-moi.Elle s’abandonne complètement. J’imprime un rythme effréné, lui mettant de violents coups de bite, faisant claquer sa chatte mouillée. Je pétris ses fesses, je les écarte pour visualiser son anus. Il est beau, tout rond et semble souple. Je laisse couler un filet de salive et l’étale en massant cette belle rondelle. Je suis surexcité à l’idée de la sodomiser. Tout en la ramonant, j’ai envie de lui dire des mots crûs, de l’insulter, mais je n’ose pas, peur qu’elle le prenne mal.Son anus s’ouvre sous ma caresse, j’y enfonce mon pouce, elle resserre les fesses:- Non, pas ça…Dans ma tête, je me dis “et merde”. Alors je la culbute encore plus fort en me disant ” tu ne veux pas que je t’encule et bien prends ça alors”Tel un hardeur, je la martyrise, je la démonte autant que je peux. Elle jouit, hurle son orgasme. – Oh mon dieu, je viens oui, oui, ouiiiii!!!!Elle se retourne et me prend en bouche. Elle sait que je vais gicler. Elle me malaxe les bourses dans une intense fellation et j’éjacule puissamment dans sa bouche. Je l’entend déglutir en avalant ton mon foutre.Allongés, vidés, presque inertes elle m’avoue:- Je ne l’avais jamais fait auparavant.- De quoi?- Avaler- Ah bon?- J’ai voulu te faire plaisir et te remercier pour tout le plaisir que tu m’as donné.- Merci, j’ai pris beaucoup de plaisir aussi.On s’est embrassé et nous nous sommes endormis.Je me réveille aux alentours de 15h, seul, nu avec une légère gueule de bois.Ai-je rêver? Ai-je réellement coucher avec une femme de 48 ans? La première fois avec une femme mature?Mais non, sur l’oreiller voisin un petit mot.” Merci pour ces merveilleux moments. Je ne regrette rien. Gros bisous, Linda.”Je retrouve Jef dans le salon. Il m’accueille avec un large sourire- Alors champion bien dormi? – Pas mal et toi?- Pareil que toi…- Elles sont parties depuis longtemps? – Il y a un peu plus d’une heure. – Tu comptes revoir Sonia?- On verra, je lui ai laissé mon numéro, si elle appelle tant mieux, sinon bah j’en trouverai une autre. Et toi alors, ça suce bien les vieilles?- Tu te moques, mais je t’avoue que c’était vraiment bien. – C’est sûr, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs soupes.On rigole bêtement.- Tu vas la revoir?- Non, c’était comme ça un coup d’un soir.- Ca lui a plu en tout cas, elle était joyeuse en partant.- Tant mieux, je lui ai fait du bien, elle m’a fait du bien, je vais pouvoir passer à autre chose.- Tu parles de ton ex?- Oui, je l’ai oublié le temps d’une soirée. Mais maintenant je vais pouvoir aller de l’avant, même si elle restera toujours dans mon cœur.J’ai passé une soirée formidable, j’ai fait la fête, j’ai bu, j’ai baisé, avec une dame en plus, Laura est sorti de ma tête, mais par dessus tout, j’ai gagné un ami, un vrai. Une amitié faite de rire et de complicité qui dure toujours plus de 10 ans après. FIN

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32